Rentrée des classes ce matin : cette fois l'été est bel et bien terminé, et on réalise que nos deux loulous sont grands, même si Junior ne fera sa rentrée que demain... Oserai-je écrire quelque chose d'aussi banal que "qu'est-ce que ça passe vite !"... ?

Il y a un peu plus de 5 ans, bien que candides, nous devenions parents... Nous ne savions rien faire, nous n'avions jamais changé de couche ou presque, et le personnel de la maternité, confiant (ou inconscient), nous laissait partir avec notre fille. La société nous faisait donc confiance pour prendre soin de ce petit être que - je ne sais pas comment - nous avions réussi à fabriquer, tout débutants que nous étions. Premières étrangetés... (1. On fabrique un bébé, un vrai ! 2. On est présumés capables de s'en occuper, sans diplômes ni rien...)

Et voilà que 5 ans plus tard, accompagnés d'un autre petit être unique, que seuls nos corps pouvaient fabriquer, des milliers de couches au compteur, nous marchons tous gaiement vers l'école par un lundi matin ensoleillé grisouille. Entre temps, les enfants ont appris à manger, à marcher, à parler, à chanter, à s'habiller, à sauter à la corde, à manipuler une souris d'ordinateur, à faire de la peinture et des colliers de perles, à regarder des images et à les comprendre, à sauter au trampoline, à faire du vélo et du roller, à se brosser les dents, à faire des bisous... C'est dingo non ?

Et une autre chose bizarre : à quel point on ne sait plus quoi faire quand ils ne sont pas à la maison ! Nous voilà tout désoeuvrés, mangeant des pizzas devant la téloche, ou adoptant tout autre comportement bien régressif, comme s'il n'y avait rien entre être ado et être parent...

Et je ne vous parle de l'Amour avec un grand A, parce que là c'est juste incompréhensible comme on peut aimer absolument son enfant dès la première seconde, alors qu'en fait, en réalité, objectivement, on ne sait rien de lui : on ne sait pas s'il se passionnera pour les trains ou les bateaux, s'il sera calme ou agité, intello ou sportif ou les deux, ni rien... Et une fois qu'il est là, qu'il vous a tapé sur le système toute la journée (je sais de quoi je parle, oui oui), et bien il suffit de jeter un oeil sur le petit bout d'homme endormi dans son lit, recroquevillé sur son doudou, pour avoir une bonne grosse bouffée de tendresse (qui vous permettra d'ailleurs de mieux supporter la journée du lendemain...).

Bref, nos deux anges que l'on aime tant vont maintenant à l'école...

 

Pour me consoler, et après deux mois d'une loooonnnngue attente, j'ai pu aller récupérer mes derniers modelages, enfin cuits. Outre la huitième assiette (pour ceux qui me ferait l'affront d'avoir oublié, le début de l'histoire est ... ;) ), il y avait deux petits pots de rien du tout, mais aussi et surtout ma grande réalisation de l'année. Je ne vous dis pas combien d'heures j'y ai passé, et en fait je ne veux même pas le savoir, ce serait trop démoralisant. L'idée originale est d'Anaïs Michalinoff, sur qui j'ai honteusement copié pour (presque) tout, et que je remercie de ses précieux conseils. Pour en savoir plus sur Anaïs, c'est ...

Et sous vos yeux ébahis... tadam !

 2011_09_05-1

2011_09_051

 

Et pour celles et ceux qui se demandent s'il y a un message subliminal, je vous le confirme, il y en a bien un. La cuisson de cette création-là devrait durer jusqu'au mois de janvier, et ensuite il faut prévoir un affinage assez long (disons une vingtaine d'années...). RDV dans 3 bonnes années, pour que je pleure à l'entrée à l'école du petit dernier...

 

Et pour colorer un peu cette après-midi grise, une photo des deux petits pots.

 

2011_09_052 

Bonne rentrée à tous !